1.0 SURVOL Collecte et accessibilité accrues : Depuis la mise en place du programme, nous avons détourné des sites d’enfouissement 507 619 tonnes métriques de produits électroniques en fin de vie (PEFV) afin de pouvoir protéger l’environnement, et ce grâce à 902 points de collecte et 377 activités et événements de collecte communautaires. En Ontario, 99,7 % des personnes vivent dans un rayon d’environ 25 km d’un centre de dépôt. Plein feu sur l’éducation au recyclage : Cette année, l’OES a concentré une grande partie de ses efforts de communication sur les ressources réutilisables que renferment les appareils électroniques en fin de vie et sur l’importance de les recycler afin de les réintégrer à la chaîne de fabrication. Ce message a été diffusé dans la presse écrite et à la radio, ainsi que grâce à de nouvelles vidéos d’Alan Nursall, éducateur en sciences. Des événements et activités ont eu lieu dans le cadre de la Semaine de la Terre et de la Semaine de réduction des déchets afin de diffuser le message sur la récupération des ressources. Sensibiliser : Comparativement à 2016, 1 % d’Ontariens en plus savent que le programme d’OES existe, pour un total de 66 %. L ’OES a également réalisé des sondages auprès des intendants pour mieux comprendre comment leur travail de collecte pourrait être facilité. Efficience et efficacité du programme : En 2017 , l’OES a réduit les coûts du programme grâce à des mesures d’efficience et d’efficacité. La bonne santé financière ainsi que la stabilité du programme se sont poursuivies, puisque 87 % des coûts ont été consacrés à la gestion et à la collecte des produits et que le coût total par tonne a été de 1 077 $. Tendance liée à l’allègement du poids : La question de l’allègement du poids des appareils électroniques reste importante pour la détermination de mesures de performance efficaces. L ’évolution des téléviseurs illustre cette tendance, puisque nous sommes passés des tubes cathodiques aux écrans DEL et à cristaux liquides, qui sont plus minces et plus légers. En matière de durabilité, la réduction du tonnage est une bonne chose, mais il faut en tenir compte dans notre vision pour l’avenir ainsi que pour établir des critères et des mesures de performance. Mise à jour réglementaire : En matière de recyclage, les changements se poursuivent. En effet, grâce à l’adoption, début 2016, du projet de loi 151, ainsi que de l’avancée vers une stratégie pour une économie circulaire, l’année 2017 a vu une augmentation des activités allant dans le sens de la Loi sur la récupération des ressources et l’économie circulaire. L ’OES poursuivra le très important programme de recyclage des produits électroniques en vertu de la Loi sur le réacheminement des déchets jusqu’à ce que ses activités cessent, c’est-à-dire le 30 juin 2020. D’ici là, l’OES continuera à se consacrer pleinement à la gestion d’un programme de recyclage efficace, efficient et pratique. « Une étape importante a été franchie en 2017! En effet, depuis la création du programme de l’OES, nous avons recyclé plus de 500 000 tonnes métriques d’appareils électroniques en fin de vie afin de pouvoir protéger l’environnement et réutiliser différentes matières. Les Ontariens peuvent en être fiers! L’année 2017 a vu de plus une sensibilisation accrue du public au recyclage grâce à d’impor- tantes initiatives, ainsi qu’une réduction des coûts. Je tiens donc à remercier notre équipe, et le public en général, de ces excellents résultats. Nous sommes heureux d’avoir offert des services de recyclage sûrs et efficaces au nom de quelque 900 intendants et de tous les Ontariens. » 5 Lynda Kitamura Directrice générale, Ontario Electronic Stewardship.